Traduction-Translation

mardi 18 décembre 2012

48 heures à Kuala Lumpur, Malaisie

J'avais lu cette description de Kuala Lumpur il y a quelques semaine. J'avais fait un copier-coller dans un message gmail mais malheureusement je ne me rappelle plus de la source. En-tous les cas, cet article de quelques lignes nous avait donné une belle image de la ville. Nous n'avons pas été déçus... à vrai dire, ça nous a donné envie d'en découvrir un peu plus sur son pays! Au prochain périple en Asie!

Voici l'article en question et nos photos plus bas:

"Au moment où Bangkok et la Thaïlande sont marqués par des événements malheureux de violence, de pollution, de désastres naturels et donc de points d’interrogation pour les touristes, Kuala Lumpur (ou KL) et la Malaisie s’affichent comme une destination paisible en Asie du Sud-Est. Kuala Lumpur: voilà une ville asiatique pas chère, sécuritaire, exotique, multiethnique et très sympathique.

L’anglais y étant la deuxième langue officielle, on peut voyager de manière indépendante dans cette destination à prix doux. Les réseaux de transport collectif urbains et interurbains y sont faciles à utiliser (les autocars sont confortables et le vénérable train Eastern and Oriental Express traverse le pays).

En outre, les plages de la Malaisie rivalisent de beauté avec celle du Siam. Certes, la Malaisie n’a pas la force d’attraction mythique de la Thaïlande, mais c’est en grande partie parce qu’on connaît peu ce pays hors norme.

Kuala Lumpur est presque trois fois moins peuplée que Bangkok, Hong Kong et les autres mégapoles orientales. On se marche moins sur les pieds. Le centre-ville a été modernisé et embelli à coups de milliards de pétrodollars (avec les tours Petronas, notamment). Saupoudrez sur ce modernisme l’élégance exotique de l’architecture islamique, la religion officielle du pays, et vous obtenez une capitale pleine d’attraits.

La ville est jeune, à peine plus d’un siècle, avec une population généralement dynamique et branchée sur les courants internationaux. Une impression renforcée par le fait que KL, comme toute la Malaisie, est divisée en plusieurs secteurs malais, chinois et indiens, les trois grands groupes ethniques officiels.

Ce pays présente une histoire aussi complexe que celle du Canada mais son indépendance de l’Angleterre, nettement plus récente, date du 31 août 1957.

L’enracinement de l’islam remonte à un millénaire. On est loin du laisser-faire bouddhiste en sauce thaïlandaise mais la main de fer du régime politique malais est presque invisible. Ce qui est évident, toutefois, c’est un islamisme plus doux, plus moderne et plus ouvert sur le monde que celui d’autres pays qui défraient tristement la manchette.

D’ailleurs, les musulmans de la Malaisie sont en général sympas avec les Occidentaux, surtout dans les régions rurales. On a l’impression d’y être une curiosité appréciée.

La Malaisie se pose en alternative à la Thaïlande, que ce soit pour prendre des vacances à la plage, faire du trekking dans la jungle, vivre la frénésie urbaine ou même se la couler douce à la retraite."









4 commentaires:

Babette a dit…

Très intéressant! Je ne connais pas du tout la Malaisie.

Votre repas sur la "feuille verte" est très intrigant. Deviez-vous manger avec les mains ou si les ustensiles sont cachés?

L'architecture du temple (presque à la toute fin) est vraiment spéciale, on dirait.

Geneviève et Thomas a dit…

Moi non plus je ne connaissait pas dutout la Malaisie mais depuis notre passage a Kuala Lumpur, c'est devenu une de nos futures destinations!

Le repas sur la feuille de banane est un thali vegetarien que j'ai deguste (que je me suis delecte plutot) dans un resto indien ;) Pas d'ustensiles, on mange avec les doigts (propres bien sur!) un reel bonheur!

Le temple est un temple hindou, je me rends compte que j'ai oublie d'inscrire toutes les legendes des photos...! Merci de me le rappeler!

Babette a dit…

J'adore manger avec mes doigts, héhé! Mais ce n'est pas toujours joli =)

Genevieve a dit…

Super! :)